lundi 13 juillet 2015

Le système Start-Stop et les changements opérés sur les systèmes d'alimentation, de charge et de démarrage


La mise en place du système Start-Stop sur de nombreux véhicules récemment fabriqués engendre d'importants changements sur leurs systèmes d'alimentation, de charge et de démarrage, desquels il est essentiel d'informer le mécanicien pour éviter toute complication pendant que celui-ci intervient sur le véhicule

Les batteries utilisées sur les automobiles actuelles, dont l'extérieur rappelle les batteries traditionnelles, peuvent être équipées d’une technologie différente, donc leurs systèmes de contrôle, de recharge et de remplacement peuvent varier. Il est nécessaire de veiller à adapter la batterie au moment de la remplacer, en respectant les protocoles indiqués par le constructeur tant pour la recharger que pour y connecter les câbles auxiliaires de démarrage.















Étant donné qu’un contrôle efficace doit être effectué sur le système d'alimentation électrique, il est fondamental d'utiliser les capteurs de courant situés sur les bornes de la batterie elle-même
(pôles négatifs). L'entrée et la sortie du courant de la batterie sont enregistrées grâce à celui-ci pour déterminer sa capacité à tout moment, d'où l'absence de risques au démarrage, lorsque le système Start-Stop ordonne l'arrêt du moteur lorsque le véhicule s’arrête. Ce capteur renseigne sur la tension de la batterie, sa température et le passage du courant.


Les capteurs de courant sont logés dans la borne de la batterie

















En présence d'alternateurs, le fonctionnement est similaire. Il est possible de trouver sur le marché, des alternateurs qui nécessitent d'être excités pour générer du courant, d'autres qui informent de la densité de l'électricité produite, sans oublier les alternateurs pilotes qui reçoivent le niveau de courant à générer depuis une autre unité de commande.

Les démarreurs sont dotés d'une taille de plus en plus réduite, d'un poids et d'une fiabilité permettant de supporter un nombre croissant de cycles de fonctionnement.


Les systèmes Start-Stop introduisent de nouveaux éléments, parmi lesquels on trouve : les régulateurs de tension, ayant pour fonction d'éviter les chutes de tension lors du démarrage. Puisque de nombreux appareils de confort et multimédias sont déconnectés pendant la phase d'allumage du moteur, sans les régulateurs de tension, certains composants présents dans ces systèmes risqueraient d'être endommagés.

Régulateurs de tension


Capteur de pression du servofrein
Du fait que la majorité des véhicules utilisent des systèmes d'assistance de freinage par pompe à vide (connus sous le nom de servofrein), il est primordial que le système présente un niveau de dépression minimum pour pouvoir freiner avec efficacité. Par conséquent, des interrupteurs ou des capteurs de pression sont placés à l'entrée du servofrein, et ce sont eux qui renseignent sur le niveau de dépression. Si le niveau de dépression est faible (soit inférieur à 400 mbar), celui-ci empêchera que le moteur ne s'arrête, ou au contraire lui permettra de se remettre en route s'il s’est éteint au préalable lors de l’activation du système.



Une des conditions majeures pour que le système fonctionne est qu'aucune vitesse ne soit engagée. Ce qui explique que les véhicules équipés d'une boîte de vitesse manuelle doivent comporter un capteur qui informe la commande du système lorsque la vitesse se trouve au point mort, par opposition aux boîtes de vitesse automatiques, où ce capteur est installé d'office et transmet l'information à l'aide d'un réseau multiplexé.

Capteur de vitesse engagée
Dans les prochains articles, nous approfondirons ensemble les technologies intégrées à ces systèmes.




Aucun commentaire:

Publier un commentaire