vendredi 29 juillet 2016

Bruit de sifflement au relâchement de la pédale d’accélérateur

Pédale 


Cette panne concerne différents modèles de la marque Opel (Astra G, Astra H, Corsa D, Mériva, Speedster, Zafira A et Zafira B) équipés des motorisations suivantes:

Z 16 LET
Z 16 LER
Z 16 LEL
Z 20 LET
Z 20 LER
Z 20 LEL
Z 20 LEH





Le symptôme apparaît au relâchement de la pédale d’accélérateur en produisant un sifflement momentané.

La cause de ce sifflement est due à un retard de l’activation de l’électrovanne de recirculation de l’air du turbocompresseur.


Au relâchement de la pédale d’accélérateur, le papillon d’admission se ferme empêchant l’entrée d’air aux cylindres. Étant donné que le turbocompresseur continue de tourner à cause de la sortie des gaz d’échappement, il continue de comprimer l’air en produisant ainsi une surpression côté admission. Cette pression accumulée génère un freinage intense sur la turbine et produit de ce fait une torsion sur l’axe du turbo (pouvant l’endommager) et une perte de la suralimentation appliquée aux cylindres. 

Pour l’éviter, la vanne fait recirculer l’air comprimé par le turbo à l’entrée de celui-ci permettant que la turbine maintienne son régime de rotation. Une fois que le conducteur réappuie sur la pédale d’accélérateur, la vanne se referme.

Cette soupape est commandée pneumatiquement au travers d’un circuit de vide et d’une électrovanne contrôlée par le calculateur moteur.





Le retard de son activation peut être du aux causes suivantes:

· Réservoir de vide mal monté ou fissuré. Ce réservoir se situe sous le collecteur d’admission. Il est marqué d’une indication “TOP” indiquant son sens de montage.

· Mauvais état des tuyaux de vide. Ils peuvent présenter des fissures ou de la porosité tout au long de leur cheminement. Leur contrôle s’effectuera moteur arrêté et à l’aide d’un vacuomètre ou d’une pompe à vide équipée d’un manomètre en vérifiant qu’ils maintiennent la pression provoquée.

· Vanne pneumatique de la soupape en mauvais état. Pour la contrôler, nous utiliserons également la pompe à vide en observant un mouvement de la tige de la soupape en fonction de la dépression produite.

· Électrovanne défectueuse. Son contrôle pourra se réaliser avec un multimètre ou un oscilloscope ou à l’aide d’une lampe testeur. L’emplacement de cette électrovanne dépend du type de motorisation. Nous pourrons nous aider de la plateforme www.dis-net.com pour la localiser.



Le premier contrôle que nous réaliserons sur l’électrovanne sera la mesure du signal. Pour cela, nous brancherons l’oscilloscope de la manière suivante: canal 1 à la broche 2 de l’électrovanne (dans le cas de l’exemple) et le négatif de l’oscilloscope à la  masse.


Moteur en marche, nous appuierons sur l’accélérateur et le relâcherons brusquement. Nous observerons un signal d’impulsion. Pour avoir une meilleure visualisation, nous pourrons le combiner avec le signal émis par le capteur de pédale d’accélérateur (en utilisant le canal 2 de l’oscilloscope). Le signal devra être net et ne pas présenter d’interférences. 




Si le contrôle montre des interférences ou que le signal recherché n’est pas produit, nous vérifierons l’état du câblage ainsi que du calculateur moteur. Le faisceau de l’électrovanne de recirculation d’air jusqu’au calculateur moteur ne devra pas présenter une résistance supérieure à 5 ohms.

Dans le cas de ne pas disposer d’oscilloscope, la mesure pourra être réalisée à l’aide d’une lampe testeur. Nous connecterons la lampe testeur sur la broche 2 de l’électrovanne et le commun à la masse. Nous reproduirons les mêmes conditions que lors du contrôle à l’oscilloscope et devrons constater un clignotement de la lampe au relâchement de la pédale d’accélérateur.

Si le signal est correct, nous passerons au second contrôle qui consiste à mesurer la résistance de l’électrovanne. Contact coupé et électrovanne débranchée, nous mesurerons la résistance entre les bornes 1 et 2 de celle-ci. Nous remplacerons l’électrovanne si la valeur relevée est infinie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire